APEDH Défenseur des droits humains
Les leaders locaux ont répondu à l’invitation de l’APEDH; le Focus Group s’est tenu avec succès ; l ...
CONNEXION


ESPACE MEMBRE NOS MEMBRES FAIRE UN DON


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Appel à la rentrée effective des activités scolaires 2022-2023 et au respect des engage ...
La rentrée scolaire n’est toujours effective en RDCongo, s’inquiète l’APEDH, les p ...
L’APEDH s’inquiète de la fluidité frontalière entre la RDC et le RWANDA et qui mett ...
« il est temps qu’une femme dirige la CENI, estiment les femmes politiques »
L’APEDH toujours à l’attente de l’oiseau rare à la tête de la CENI et camp sur sa ...
Point de presse-APEDH-CENI-RDCongo
Plaidoyer en faveur de la femme à la tête de la Commission Electorale Indépendante, CEN ...
La candidature FEMININE à la tête de la CENI en RD Congo, un choix judicieux pour l’AP ...
L’APEDH condamne l’assassinat d’une jeune fille , élève de l’école secondaire  ...
L’APEDH demande aux autorités Congolaises de sécuriser les pécheurs du Lac Edouard fa ...
Appel à la solidarité aux sinistres de l’éruption volcanique au site d’hébergement ...
Eruption du volcan Nyiragongo du 22 mai 2021:‘’qui est à la base de la perte énorme  ...
L’APEDH fustige la mauvaise gestion des catastrophes natures notamment l’éruption du  ...
Secoués par l’éruption volcanique, la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo au  ...
La coordination provinciale de l’Action pour la Paix, l’Education et la défense des  ...
Recrudescence de l’insécurité dans le territoire de Rutshuru, l’APEDH demande l’im ...
Point de vue et appréciation de l’APEDH sur l’évolution de la jurisprudence congolai ...
L’APEDH condamne l’attaque des présumés ADF de mardi 04 mai dans la commune rurale ...
L’APEDH déplore la situation sécuritaire préoccupante dans le territoire de RUTSHURU  ...
APEDH exprime sa préoccupation face aux appels à la violence et la haine qui ont préval ...

Nos Actions

L’APEDH dans sa lutte contre la discrimination du sexe féminin tient le cap dans sa démarche et s’en sort bien devant la presse sur son choix de la femme à la tête de la CENI en RDC.

Publié mercredi 25th août 2021

La CENI n'est pas une institution absolue au sexe masculin


C’est un pari gagné à moitié pour cette ONGDH de défense des droits humains qui vient de larguer une de ces bombes aux dirigeants du pays et à la communauté internationale.

Devant la presse locale, nationale et internationale dans un point de presse ce mardi 24 Août 2021 à Goma, l’APEDH au travers sa chargée du Genre BRIGITTE MUZIRE KWIGOMBA qui a balayé du révère de la main toutes les préoccupations des journalistes conviés à cette activité est revenue sur le bienfondé de ses deux communiqués de presse publiés récemment ; l’un dénonçant la magouille qui se passe au sommet du pays contre les confessions religieuses qui influence le choix du candidat à la tête de la CENI en faveur de la personne du Président de la république, message publié par TRANSPARENCY INTERNATIONAL et relayé par l’APEDH suite à sa véracité des faits ainsi qu’un autre qui recommande au gouvernement de laisser le poste du président de la CENI à la femme sans aucune discrimination et tendance politique.

Dans son speech, la responsable du genre au sein de l’APEDH a d’abord démontré les faiblesses et les conséquences constatées lors des 3 scrutins passés avec l’Abbé Apollinaire MUHOLONGU MALU MALU paix à son âme, le Pasteur NGOYI MULUNDA qui croupis aujourd’hui en prison et monsieur CORNEILLE NANGAA qui n’a plus eu la confiance de la population après la publication des résultats qui ,selon plusieurs observateurs ,ont été triqués et tournés au désavantage du peuple congolais ainsi que de l’avènement de Rossard MALONDA, un autre choix pro un camp politique de tendance FCC à l’époque d’où l’on parlerait de la corruption pure et simple de la part de ces derniers.

Cette démarche de l’APEDH qui a pendant longtemps été menu et retardée à accoucher, est finalement mise en nu après que les choses semblent se détériorer avec l’avènement des confessions religieuses qui ont eu le monopole de se trouver un candidat à ce poste, d’où malheureusement certains parmi elles ont été manipulées ont reçu des pots de vin à faveur du Président actuel (cfr le communiqué de TRANSPARANCY INTERNATIONAL), corruption encore consommée au sommet du pays.

Cette situation a de plus poussé l’APEDH d’aller plus loin, de hausser le ton et d’exprimer son indignation au travers ce point de presse qui consiste à dénoncer cette manigance tendant à déstabiliser le pays et qui pousse le pays dans le pétrin suite aux intérêts égoïstes de nos politiciens et drôle encore ceci écarte une couche de la population (gente féminine) dans les rendez-vous de prise de décision, ce qui entraine la discrimination de sexe et la privation des droits de cette dernière catégorie de la population.

Voilà pourquoi l’APEDH tient mordicus et campe sur sa position de défendre le droit de la femme et bannie tout ce qui se trouve derrière cette marginalisation en proposant un leader féminin à ce poste dit de vérité demandant au chef de l’état qu’une loi soit votée par le parlement de la RDC confiant la présidence de la CENI à la femme et cela pour un mandant bien défini de 5ans une fois renouvelable.

Pour l'APEDH, cela permettra l’alternance dans le cadre de prise de décision et le respect des textes sur le respect du gender en RDC.LA LUTTE CONTINUE….




4 Commentaires sur c'est article


Jospin
samedi 28th août 2021
très belle proposition mais je doute qu'ils vous comprendrons et même s'ils vous comprennent la même façon qu'ils ont utilisée pour manipuler les hommes sera la même qui sera utilisée pour manipuler les femmes. bon c'est quand même une bonne proposition dans toutes les façon mais crois moi rien ne changera, et si ça change tant mieux...


APEDH Asbl
dimanche 29th août 2021
Oui Bien sûre, nous serons attendu et notre démarche ça va produire des fruits; notre assurance est ferme. On va se battre par tous les moyens légaux.


BAUDELAIRE
mercredi 1st septembre 2021
Je soutiens avec force et assiduité cette démarche de l'APEDH espérant à un Congo meilleur.


Albert
vendredi 10th septembre 2021
Ceci est une proposition reflechie si non nous avons marre avec le resultat que ces gens nous ont toujours presenté cette avec cette proposition on peut espèrer à un changement...

Laisser un commentaire




Info !

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour accéder a plus de fonctionnalités du site.

A LIRE AUSSI


Comme nous l’avons annoncé au début, nous venons de clôturer notre session de formation sur l’approche holistique accès sur la prise en charge holistique des survivantes de violence sexuelle et basée sur le genre mais aussi sur l’exploitation et abus sexuel. 10 jours, de 8heures 30 à 15h45, ont été consacrés en faveur de 5 modules.
Afin d’amener l’équipe à l’assimilation de la matière, il a été convenue en commun accord de l’utilisation de la méthode kinésithérapique, assimilée à la fois au sens de toucher et intuitif suivi de mises en situation réelles de fait proposés à travers des jeux de rôles ; c’est qui a donné l’occasion aux participants de comprendre c’est que signifie réellement la violence sexuelle, ses formes et ses conséquences car on ne peut pas lutter contre quelque chose qu’on ne connait pas ni l’avoir expérimenté pour mesurer ses méfaits.

Avec l’appui financier de l’Organisation Internationale de la Francophonie avec Elle-OIF, la raison d’organiser cette formation était non seulement de renforcer la capacité des agents affectés au projet mais aussi outiller l’organisation à comprendre les mécanismes de base liés à la protection et prévention de survivantes de violence sexuelle et victimes d’Exploitation et Abus sexuel.
La formation, comme à la coutume de l'APEDH, avait aussi pour objectif de transférer des compétences à l’équipe de l’APEDH qui feront à leur tour la tâche de former les animateurs des clubs de paix et amis de genre qui seront dans le prochains jours installés dans les trois territoires de la zone de mise en œuvre du projet (Nyiragongo, Rutshuru et Beni) après leur formation.

Durant les dix jours de formation, 5 modules , tels que la généralités sur les violences sexuelles et basées sur le genre et les abus et exploitations sexuelles ; les mécanismes de prévention et protection communautaire et les étapes de la gestion des cas ; le circuit de prise en charge Psychologique , Médicale, Juridique et Judicaires ainsi que la réinsertion socioéconomique des survivants des violences sexuelles ont permis aux participants de mieux comprendre le VSBG et AES, ses causes, ses conséquences, l’identification, suivi, traitement et référencement des cas de SVBG…etc. les deux derniers jours ont été consacré à l’explication et compréhension des outils de référencement de cas.

Au cours de la formation, et après plusieurs exercices kinésithérapiques, il s’est dégagé une compréhension selon laquelle, si nous n’arrivons pas à dénoncer nos bourreaux, c’est parce que la plupart d’entre eux sont nos proches par conséquent, nous laissons place à l’émergence du phénomène par l’arrangement à l’amiable de peur que nos bourreaux ne soient traduits en justice. En plus, notre société est caractérisée par un sentiment de rejet stigmatisant la victime et donnant naissance à d’autres bourreaux parce que l’impunité fait endormir la justice.

L’Action pour la Paix, Education et la défense des Droits Humains-APEDH remercie infiniment l’OIF par son appui financier sans lequel elle ne saurait prendre une telle initiative en faveur de son staff. Le même remerciement s’adresse au consultant formateur Maitre Serge PALUKU MUSEGHANIO chargé des programmes au sein de l’organisation Congo Peace Net work qui se fait distingué avec sa méthode kinésithérapique.

Une fois de plus, le M23 sont sur le sol congolais depuis le 13 Juin 2022, provenant du parc national de Mgahinga, en Ouganda où Sultani Makenga s’était rendu avec des centaines de combattants du M23 et après sa défaite dans la nuit du 4 au 5 décembre 2013.

L’Action pour la Paix, Education et la défense des Droits Humains-APEDH en sigle, à travers ses équipes de terrain et points focaux, suit de près, observe et identifie les cas d’incidences de violation des droits humains et les présumés auteurs dans toutes les zones occupées et contrôlées par le Mouvement du 23 Mars communément appelé le M23.

Nous rappelons que, les grandes agglomérations ou entités contrôlées par le M23 sous une administration politico-militaire parallèle à celle de la République Démocratique du Congo sont notamment la cité de Bunagana, la Cité de Kitagoma, la cité de Kiwanja et Rutshuru centre chef-lieu du territoire portant ce même nom.

De manière générale, les avancées du M23 en Rd Congo mettent de nouveau les civils en danger ; soutenu par le Rwanda, le M23 a un long passif d’exactions et atrocités.

Il est également à noter que, la République Démocratique du Congo est l'un des pays qui à un taux élevé des crises humanitaires les plus complexes au monde. L’Est du pays, où opère une centaine de groupes armés internes et externes comme celui du M23 soutenu par le Rwanda, souffre de l'insécurité cyclique. Dans cette incertitude, plusieurs exactions généralisées sont en train d’être commises par les combattants du M23 contre les civils, notamment de nombreux meurtres et viols.

La population étant dans l’impasse et inquiétude totale renforcée par l’insécurité sous les zones occupées par les M23 et surtout que les autorités congolaises et rwandaises n'aient toujours pas tenu ces groupes armés et terroristes responsables de ces crimes passés, l’Action pour la Paix, Education et la défense des Droits Humains-APEDH en sigle vient encore de totaliser, dans une intervalle de 6 mois, 64 cas de violations des droits humains.

Parmi lesquelles, il y a plusieurs meurtres, viols, pillages, traitements cruels et dégradants ainsi que de tortures atroces que les combattants du M23 soutenu par le Rwanda commettent à l’égard de population congolais.
De plus, des cas d’atteinte à la liberté de presse dont 50% touche la sécurité physique des journalistes dans la zone sous contrôle du M23 ont été également soumis à une évaluation par l’organisation APEDH.

Le M23 a été formé en 2012 par des déserteurs de l'armée congolaise, eux-mêmes anciens rebelles d'un groupe armé appelé le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), également soutenu par le Rwanda. Après la prise de Kiwanja par le CNDP en 2008, ses forces ont exécuté sommairementdes dizaines de civils en deux jours.

L’Action pour la Paix, Education et des Droits Humains-APEDH dit en fin que, les actes de violations des droits humains de toute nature commis par le Mouvement du 23 Mars, soutenu par le Rwanda, dans les zones actuellement sous leur occupation sont en train d’être documentés.

Newsletter

Inscrivez vous des maintenant à notre NEWS LETTER et recevez une notification chaque fois que nous publions un nouvel article

QUI SOMMES-NOUS?
APEDH est une OSC qui a pour objectif principal d’améliorer les conditions de vie de la femme et de l’enfant. En plus, elle contribue à la promotion des droits humains

LA RÉALITÉ DES CHOSES:
Comme vous le savez déjà, APEDH est une ONG. Elle a donc besoin de votre soutien pour continuer à vivre et atteindre ses objectifs. Vous êtes donc invités à lui faire des dons tant matériels que financiers.

NOS ADRESSES:
N °058 ; Av de la Paix, Quart/ Himbi.I, Com/ GOMA ; Ville de Goma Province du Nord-Kivu en Rdcongo
Courriel: info@apedh-assoc.org
Téléphone: +243971926713

Nos Cordonnées Bancaire

DÉVELOPPEURS:
Ce site a été réalisé par CLIN Une entreprise basée sur la conception de tout type de projet informatique ( sites web, applications web, mobile & desktop).

© apedh 2022 tous droits résérvés