APEDH Défenseur des droits humains
Célébration par l’APEDH de la journée internationale de la femme du 08 MARS 2022
CONNEXION


ESPACE MEMBRE NOS MEMBRES FAIRE UN DON


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La rentrée scolaire n’est toujours effective en RDCongo, s’inquiète l’APEDH, les p ...
L’APEDH s’inquiète de la fluidité frontalière entre la RDC et le RWANDA et qui mett ...
« il est temps qu’une femme dirige la CENI, estiment les femmes politiques »
L’APEDH toujours à l’attente de l’oiseau rare à la tête de la CENI et camp sur sa ...
Point de presse-APEDH-CENI-RDCongo
Plaidoyer en faveur de la femme à la tête de la Commission Electorale Indépendante, CEN ...
La candidature FEMININE à la tête de la CENI en RD Congo, un choix judicieux pour l’AP ...
L’APEDH condamne l’assassinat d’une jeune fille , élève de l’école secondaire  ...
L’APEDH demande aux autorités Congolaises de sécuriser les pécheurs du Lac Edouard fa ...
Appel à la solidarité aux sinistres de l’éruption volcanique au site d’hébergement ...
Eruption du volcan Nyiragongo du 22 mai 2021:‘’qui est à la base de la perte énorme  ...
L’APEDH fustige la mauvaise gestion des catastrophes natures notamment l’éruption du  ...
Secoués par l’éruption volcanique, la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo au  ...
La coordination provinciale de l’Action pour la Paix, l’Education et la défense des  ...
Recrudescence de l’insécurité dans le territoire de Rutshuru, l’APEDH demande l’im ...
Point de vue et appréciation de l’APEDH sur l’évolution de la jurisprudence congolai ...
L’APEDH condamne l’attaque des présumés ADF de mardi 04 mai dans la commune rurale ...
L’APEDH déplore la situation sécuritaire préoccupante dans le territoire de RUTSHURU  ...
APEDH exprime sa préoccupation face aux appels à la violence et la haine qui ont préval ...
Hausse de la criminalité à GOMA : L’APEDH lance la sonnette d’alarme et appelle l’ ...

Nos Actions

L’APEDH prête à porter plainte contre l’inconnu si le droit n’est pas dit contre les responsables de ces abus sexuels envers ses bénéficiaires.

Publié mercredi 8th septembre 2021

Au moins 2 femmes bénéficiaires de la prise en charge socioéconomique à l’APEDH se sont vue abusées sexuellement par 5 hommes.


Se confiant au service chargé des droits humains de l’APEDH, une organisation qui milite pour la promotion des droits de la femme et de la fille en RDC, Madame X 42 ans révolue( nous nous réservons de citer son nom par dignité humaine),mère de 7enfants dont 3 garçons et 4 filles, veuve depuis 10ans ainsi que son amie madame Y environ 27 ans d’âge aussi mère de 3 enfants se sont vue abuser sexuellement par un groupe de 5 hommes la nuit du lundi 30 Août dernier aux environs de 19h30 à CCLK dans le quartier Mugunga en commune de Goma à l’Ouest de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, nous sommes à l’Est de République Démocratique du Congo alors qu’elles discutaient des affaires ménagères dans un bistrot bien connu dans le milieu non loin de leurs domiciles a déclaré madame X devant l’équipe de l’APEDH.

Malgré les cris de secours, les deux femmes ont été tabassées à mort, voir même leurs habits déchirées avant d’être abandonnées sur la route par ces bourreaux confirme toujours madame X.Cette dernière alors qu’elle était dans le processus de retrouver son sourire après la mort de son époux grâce à l’encadrement socio-économique de l’APEDH qui a su maintenir son équilibre socio-familiale pendant tout ce temps en lui offrant un revenu moyen pour subvenir à ses besoins en tant que femme chef de ménage.

L’APEDH l’a retrouvée 5 jours après les faits sur son lit d’hospitalisation dans un centre de santé de la place où elle poursuivait encore les soins préliminaires, L’équipe de l’APEDH l’a rencontrée très abattue, désespérée, l’espoir de vie s’est envolé. Que faire pour que ces dernières oublient ce drame et qu’elles reprennent à leur élan d’une femme chef de ménage ?

Tentait de chercher le mobile du drame auprès des autorités politico-administratives, ces dernières nous diront que les enquêtes sont en cours, pourtant les auteurs seraient du même quartier d’après nos sources.

L’APEDH condamne avec la toute dernière énergie et dont qu’elle attribue à la négligence des autorités juridico-administratives qui ne parviennent pas à documenter et enquêter sur les faits enfin de traduire en justice et condamner ses brigands qui causent terreur à la femme de ce coin.

D’après les informations recueillies auprès de la victime par le service de l’APEDH chargé des droits humains confirment que ce cas vient s’ajouter à une autre de ce genre qui a été commis il y a presque un mois sur une femme de ménage accompagnée de sa fille d’environ 7 ans qui se rendaient dans un marché de fortune la mi-journée, les deux étaient portées disparue. Elles ont été retrouvées 48 heures après ; abandonnées dans la brousse, battues et abusées sexuellement par leurs ravisseurs. On peut donc dire que 4 cas de violence sexuelle et autres abus sur les femmes, des cas officiels soit 4% hormis les cas isolés non documentés, ont été enregistrés en un mois dans le quartier Mugunga.

L’APEDH demande :
À la justice congolaise de prendre en main cette situation qui remet en cause l’évolution de la loi portant protection de la femme ;
A l’arrestation et condamnation à la peine la plus lourde du pays toute personne qui se retrouvera dans ce cas de violation des droits de la femme ;
Qu’une enquête soit diligentée par la justice congolaise et les services compétentes de sécurité au Nord-Kivu pour retrouver les responsables de ces actes barbares dans cette partie de la ville de Goma.
L’APEDH se veut de porter plainte contre l’inconnu si l’application des mesures disciplinaires à l’égard de ces personnes qui portent atteinte aux droits de la femme ce qui constituent un crime international, seront mises en cause.




1 Commentaire sur c'est article


Heritier
vendredi 1st octobre 2021
Quel malheur pour ce pays !!!!

Laisser un commentaire




Info !

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour accéder a plus de fonctionnalités du site.

A LIRE AUSSI


L’atelier de ce jour, portant mise en niveau des teams leaders des premières bénéficiaires du projet INUKA financé par OSISA a été organisé afin de transmettre le savoir faire aux femmes leaders responsables de groupes solidaires crées par l’organisation APEDH dans le souci de les venir en aide étant considérées comme levier de développement

Du Bien Fondé de la formation des team leaders des Groupes Solidaires;

Durant ces 4 jours, ce transfert de compétences a tourné essentiellement sur les différentes étapes de la mise en œuvre du projet susmentionné. Il a été donc question de ramener ces teams leaders, à la tête de 14 groupes solidaires, constitués de 310 femmes chefs de familles et filles mères, afin qu’elles puissent bien maitriser toutes les étapes clés de l’accompagnement socioéconomique de bénéficiaires.
Disposer d’un bagage consistant portant sur l’entrepreneuriat et sur l’éducation financière afin qu’elles interviennent en qualité des formatrices des nouvelles bénéficiaires du projet dans sa deuxième phase de la mise en œuvre pour qu’elles s’approprient ce grand projet d’accompagnement Socio-économique des femmes exerçantes des petits commerces transfrontaliers en ville de Goma et en Territoire de Nyiragongo. Il convient de noter que ce sont ces Team leaders à travers leur groupes Solidaires qui auront entre autres les rôles d’identifier et sensibiliser les nouvelles bénéficiaires à la place des agents de l’APEDH, former les nouvelles bénéficiaires dont elles auront identifié, assurer leurs formations, les regrouper dans des groupes Solidaires et les scinder en des sous- groupes Solidaires, Mener leurs études des profils socio-économiques, leur faire signer les deux types de contrat qu’avait mis en place la coordination du projet et leur octroyer les fonds après toutes les précédentes étapes que nous venons d’énumérer dessus.

De la durée du transfert des compétences

La mise en niveau des team leaders par rapport aux compétences voulues dans la mise en œuvre de ce projet a durée pratiquement quatre jours, soit du 25 au 28 Novembre de cette année 2021 dans la salle de réunion de l’APEDH.

De l’Objectif de la formation

La formation avait pour objectifs de réduire le cout lié à la mise en œuvre de la deuxième phase du projet soit réduit à la baisse de manière à favoriser aux nouvelles bénéficiaires d’accéder aux fonds sans compromettre au bon fonctionnement dudit projet. En outre, la coordination voudrait que tous les groupes Solidaires deviennent dans un future proche, des associations Villageoises d’épargne et de crédit (AVEC).

Pour clore, disons que cette session de quatre jours a suffi à l’APEDH à mettre en place une équipe des formatrices qui vont identifier, sensibiliser, former en entrepreneuriat et en éducation financière, regrouper les nouvelles bénéficiaires à des groupes Solidaires et à des sous-groupes Solidaires, Bref accompagner les leur dans la mise en œuvre de leurs activités.

En marge de la mise en œuvre du Programme National Portant désarmement, démobilisation, réinsertion et la stabilité, P-DDRC-S en sigle, patronné par Monsieur Tommy Mwamba en qualité du coordonnateur National dudit programme que l’Action pour la Paix, l’Education et la Défense des Droits Humains « APEDH » en sigle, en collaboration avec le Groupe d’Action pour le Développement GRAD en sigle, deux organisations sœurs ont organisé, dans les enceintes de l’APEDH, un atelier de renforcement de capacité qui a duré trois jours, soit du mardi 23 au jeudi 25 novembre dernier. Cette formation s’inscrivait dans la logique de la formulation d’une feuille de route pour participer à la mise en œuvre de ce programme qui sera essentiellement exécuté par les organisations Nationales et locales a indiqué le formateur.

De la Philosophie du programme selon le formateur

Le P-DDRC-S cherche à employer un certain nombre des organisations Nationales et Locales, estimant que dans celles-ci on pourrait avoir des gens qui ont des connaissances et qui peuvent avoir une facilité d’entrer en contact directement avec certains combattants issus de leurs communautés. Cela étant, le P-DDRC-S, dans sa philosophie de la mise en œuvre des activités a d’abord accueillit toutes les organisations qui ont souscrits après quoi, il pourra passer par une étape d’évaluation de ces organisations, question de voir la viabilité, l’organisation même de ces organisations, les réalisations, le budget déjà géré par projet, le degré de crédibilité que dispose l’organisation, etc. ; Celles qui vont satisfaire, poursuit l’animateur, devront se constituer à des consortium, tel est le cas de la SOA qui se veut une Synergie des Organisations pour l’Appui au programme DDRC-S.

Du premier jour de la formation

D’emblée, on s’aperçoit bien qu’il s’agissait d’un forum pour la paix et la stabilité dans le territoire de Nyiragongo pour soutenir à 100% le P-DDRC-S. Le premier jour a été marqué par une prière, suivi d’une présentation de tous les participants, avant que le formateur ne donne la quintessence du programme DDRC-S. En croire monsieur Désiré Muhiya, le P-DDRC-S consiste à démobiliser les combattants issus des groupes armés actifs dans la partie Est de la RDC pour leur réinsertion communautaire gage d’une paix durable, avant d’ajouter que ce programme vient suppléer sur les deux précédents à savoir le DDRR et le STAREC va-t-il renchérit. Au cours de ce premier jour, l’animateur de l’atelier est passé sur une vitesse de croisière, nous donnant tour à tour son plan du travail pour toute la durée de la formation, indiquant bien entendu qu’ils auront à aborder certains thèmes comme :
•La protection des enfants comme premier victime des conflits armés,
•La sensibilisation et la Communication,
•Le désarmement,
•La démobilisation et la réintégration des démobilisés ou alors la réinsertion communautaire,
Du coup, les chapitres lié à la protection des enfants et celui de la sensibilisation et la Communication ont été passé en peigne fin avec un accent beaucoup plus placé sur la communication et ses corolaires.

Du deuxième Jour de la formation

Débutant le deuxième jour de notre formation, l’animateur a préféré que l’on commence d’abord par un aperçu sur la Synergie des Organisations pour l’Appui au P-DDRC-S et des critères à remplir pour espérer d’être retenue pour participer à la mise en œuvre de ce programme qui prendra sept ans a indiqué monsieur Désiré. Il a toutefois signalé qu’une organisation internationale peut, en elle seule, parrainer 100 autres organisations locales dans un consortium, pendant qu’une seule organisation nationale peut, elle aussi parvenir à parrainer 5 à 100 autres organisations, alors qu’une organisation locale ayant déjà bien travaillé peut à son tour parrainer 2 à 5 autres organisations. Pour terminer ce point, il a donné aux participants une adresses mail où ils peuvent désormais envoyés les éléments de leurs organisations ainsi que leurs réalisations du début à nos jours. Revenant un peu tard sur la matière, le formateur a axé son speech du jour sur les différentes étapes de la communication dans le cadre de la mise en œuvre des activités du programme DDRC-S en citant entre autres :
-L’analyse : la mission, valeur accordée à la mission,
-Elaboration de différentes actions : quoi faire pour quel résultat ? Symbole, photos, chartes,
-Choix et Moyen de Communication (support, manuel, brochure, tracts)
-Contrôle des résultats : soit par vidéo, images, audio, papiers, etc.

Du Troisième jour de la formation

Il a été consacré sur un chapitre portant sur la démobilisation et le relèvement communautaire qui sont du rôle de l’état à assurer la sécurité de la population et de ses bien d’une part, des conséquences positives du programme sur les communautés de l’autre. Après pour jeter l’éponge à cette formation, deux exercices ont été donnés aux participants voir comment ils peuvent se comporter une fois devenir directeur d’un centre de Transit et d’orientation aux combattants,comment ils peuvent critiquer les faiblesses de ce centre et les points saillants d’une situation qui surgirait d’un Centre Transit et d’Orientation sous leurs responsabilités.

Newsletter

Inscrivez vous des maintenant à notre NEWS LETTER et recevez une notification chaque fois que nous publions un nouvel article

QUI SOMMES-NOUS?
APEDH est une OSC qui a pour objectif principal d’améliorer les conditions de vie de la femme et de l’enfant. En plus, elle contribue à la promotion des droits humains

LA RÉALITÉ DES CHOSES:
Comme vous le savez déjà, APEDH est une ONG. Elle a donc besoin de votre soutien pour continuer à vivre et atteindre ses objectifs. Vous êtes donc invités à lui faire des dons tant matériels que financiers.

NOS ADRESSES:
N °058 ; Av de la Paix, Quart/ Himbi.I, Com/ GOMA ; Ville de Goma Province du Nord-Kivu en Rdcongo
Courriel: info@apedh-assoc.org
Téléphone: +243971926713

Nos Cordonnées Bancaire

DÉVELOPPEURS:
Ce site a été réalisé par CLIN Une entreprise basée sur la conception de tout type de projet informatique ( sites web, applications web, mobile & desktop).

© apedh 2022 tous droits résérvés