APEDH Défenseur des droits humains
Accès à un logement convenable : Un projet de construction d'abris pour la population Kumu déplacée à Nyi ...
CONNEXION


ESPACE MEMBRE NOS MEMBRES FAIRE UN DON


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

"Alerte Sécuritaire au Nord-Kivu : Urgence de Mesures Renforcées pour Protéger la  ...
Allons Tous voter pour le présent et pour le futur de notre très cher et beau pays
Que cache réellement les arrangements à l’amiable en cas de Viol au Nord-Kivu?
Note de plaidoyer sur le monnayage du processus d’enrôlement et demande de prise des me ...
Allons nous faire enrôler dans le centre d’inscription prêt de notre habitation.
Appel à la rentrée effective des activités scolaires 2022-2023 et au respect des engage ...
La rentrée scolaire n’est toujours effective en RDCongo, s’inquiète l’APEDH, les p ...
L’APEDH s’inquiète de la fluidité frontalière entre la RDC et le RWANDA et qui mett ...
« il est temps qu’une femme dirige la CENI, estiment les femmes politiques »
L’APEDH toujours à l’attente de l’oiseau rare à la tête de la CENI et camp sur sa ...
Point de presse-APEDH-CENI-RDCongo
Plaidoyer en faveur de la femme à la tête de la Commission Electorale Indépendante, CEN ...
La candidature FEMININE à la tête de la CENI en RD Congo, un choix judicieux pour l’AP ...
L’APEDH condamne l’assassinat d’une jeune fille , élève de l’école secondaire  ...
L’APEDH demande aux autorités Congolaises de sécuriser les pécheurs du Lac Edouard fa ...
Appel à la solidarité aux sinistres de l’éruption volcanique au site d’hébergement ...
Eruption du volcan Nyiragongo du 22 mai 2021:‘’qui est à la base de la perte énorme  ...
L’APEDH fustige la mauvaise gestion des catastrophes natures notamment l’éruption du  ...
Secoués par l’éruption volcanique, la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo au  ...
La coordination provinciale de l’Action pour la Paix, l’Education et la défense des  ...

Actualité

Plus de 64 cas de violations des droits humains déjà identifiés dans des espaces occupés par les M23 depuis le 13 Juin 2022, date de la prise sans combat de la cité de Bunagana.

Publié vendredi 11th novembre 2022

Plusieurs meurtres, viols, pillages, traitements cruels et dégradants ainsi que des actes des tortures atroces que les combattants du M23 soutenu par le Rwanda commettent à l’égard de population congolaise


Une fois de plus, le M23 sont sur le sol congolais depuis le 13 Juin 2022, provenant du parc national de Mgahinga, en Ouganda où Sultani Makenga s’était rendu avec des centaines de combattants du M23 et après sa défaite dans la nuit du 4 au 5 décembre 2013.

L’Action pour la Paix, Education et la défense des Droits Humains-APEDH en sigle, à travers ses équipes de terrain et points focaux, suit de près, observe et identifie les cas d’incidences de violation des droits humains et les présumés auteurs dans toutes les zones occupées et contrôlées par le Mouvement du 23 Mars communément appelé le M23.

Nous rappelons que, les grandes agglomérations ou entités contrôlées par le M23 sous une administration politico-militaire parallèle à celle de la République Démocratique du Congo sont notamment la cité de Bunagana, la Cité de Kitagoma, la cité de Kiwanja et Rutshuru centre chef-lieu du territoire portant ce même nom.

De manière générale, les avancées du M23 en Rd Congo mettent de nouveau les civils en danger ; soutenu par le Rwanda, le M23 a un long passif d’exactions et atrocités.

Il est également à noter que, la République Démocratique du Congo est l'un des pays qui à un taux élevé des crises humanitaires les plus complexes au monde. L’Est du pays, où opère une centaine de groupes armés internes et externes comme celui du M23 soutenu par le Rwanda, souffre de l'insécurité cyclique. Dans cette incertitude, plusieurs exactions généralisées sont en train d’être commises par les combattants du M23 contre les civils, notamment de nombreux meurtres et viols.

La population étant dans l’impasse et inquiétude totale renforcée par l’insécurité sous les zones occupées par les M23 et surtout que les autorités congolaises et rwandaises n'aient toujours pas tenu ces groupes armés et terroristes responsables de ces crimes passés, l’Action pour la Paix, Education et la défense des Droits Humains-APEDH en sigle vient encore de totaliser, dans une intervalle de 6 mois, 64 cas de violations des droits humains.

Parmi lesquelles, il y a plusieurs meurtres, viols, pillages, traitements cruels et dégradants ainsi que de tortures atroces que les combattants du M23 soutenu par le Rwanda commettent à l’égard de population congolais.
De plus, des cas d’atteinte à la liberté de presse dont 50% touche la sécurité physique des journalistes dans la zone sous contrôle du M23 ont été également soumis à une évaluation par l’organisation APEDH.

Le M23 a été formé en 2012 par des déserteurs de l'armée congolaise, eux-mêmes anciens rebelles d'un groupe armé appelé le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), également soutenu par le Rwanda. Après la prise de Kiwanja par le CNDP en 2008, ses forces ont exécuté sommairementdes dizaines de civils en deux jours.

L’Action pour la Paix, Education et des Droits Humains-APEDH dit en fin que, les actes de violations des droits humains de toute nature commis par le Mouvement du 23 Mars, soutenu par le Rwanda, dans les zones actuellement sous leur occupation sont en train d’être documentés.




1 Commentaire sur c'est article


Arsène NGURU BASTOLA
mercredi 23rd novembre 2022
64 cas de violations de Droits humains c'est horrible !!!!! Vraiment félicitations à cette organisation APEDH et courage.

Laisser un commentaire




Info !

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour accéder a plus de fonctionnalités du site.

A LIRE AUSSI


Accès à un logement convenable : Un projet de construction d'abris pour la population Kumu déplacée à Nyiragongo

L’accès à un logement convenable, abordable et respectant l’intimité et la dignité de chaque individu est un droit fondamental. Dans ce cadre, l’APEDH, avec l’appui de la fondation mondiale AZIMUTH, a lancé le 20 juin 2024, la construction de 30 abris provisoires et d’un point d’écoute pour les déplacés de la population autochtone Kumu occupant le groupement de Buvira, à Makao II, dans le territoire de Nyiragongo.

Les habitations actuelles étant en état de délabrement extrême, les femmes et les filles courent un risque accru d'être victimes de violences basées sur le genre (VBG) et d’exploitation et abus sexuels (EAS), ce qui peut entraîner des maladies, des décès, des suicides, de la pauvreté et le rejet social des victimes. Le mois dernier, 13 cas de VBG et d’EAS ainsi qu’un cas de meurtre par strangulation ont été enregistrés.

Des études montrent que l’autonomisation financière des femmes pourrait aider à réduire et à combattre les inégalités, les maladies sexuellement transmissibles (MST) et les infections sexuellement transmissibles (IST), ainsi que les VBG et les abus sexuels. Dans ce but, après avoir sensibilisé les femmes et les filles autochtones Kumu sur la santé sexuelle et reproductive, elles ont été regroupées en Associations Villageoises d’Épargne et de Crédit (AVEC).

Le mardi 25 juin 2024, l’APEDH a effectué une visite de suivi des activités en cours dans le groupement de Buvira pour les femmes et les filles autochtones Kumu. Après avoir discuté avec l’APS sur les différents cas de VBG et d’EAS enregistrés et leur gestion, la cheffe de projet, Madame Brigitte Muzire, a profité de l'occasion pour soumettre ses besoins en matériel et fournitures ainsi que ses difficultés à l’APEDH pour la poursuite des activités.

La nécessité d'une consultation communautaire s'étant à nouveau imposée, la cheffe de projet a rencontré plusieurs chefs de villages et notables pour régler certains différends et leur fournir plus de détails sur le projet en cours.

Toujours dans le cadre du suivi des activités en cours, l’équipe de l’APEDH déployée sur le terrain s’est entretenue avec l’équipe responsable de la construction des abris provisoires et du point d’écoute pour s'enquérir des différentes difficultés rencontrées. Monsieur Musa, membre de l’équipe de construction, déplacé et originaire de Kibumba, nous a guidés et donné des informations essentielles sur les abris en construction.

« Les abris sont de type semi-durables, construits en bois et couverts de bâches, de surface rectangulaire, avec une longueur de 3,4 m et une largeur de 2,5 m. Chaque abri comporte une porte d’entrée, une porte permettant d’accéder à la chambre, ainsi qu’une fenêtre », a-t-il confié à l’officier de communication de l’APEDH.

Après avoir discuté avec quelques déplacés en situation de handicap, l’équipe de l’APEDH a parcouru le groupement de Buvira pour suivre l’évolution des AVECs déjà créées par les femmes et les filles, majoritairement membres de la communauté autochtone Kumu, dans le territoire de Nyiragongo.

Quatre AVECs sont déjà en place, chacune composée de 25 femmes et filles. Madame Odette, déplacée et présidente de l’AVEC Tuungane, a tenu à remercier l’APEDH et la fondation mondiale Azimuth pour leur soutien aux femmes et filles autochtones Kumu. Après avoir échangé avec les différentes présidentes des AVECs, il a été constaté que les besoins et les difficultés rencontrées sont similaires. Essentiellement composées de femmes et filles déplacées par les conflits, ces AVECs fonctionnent, mais avec des insuffisances en kits et matériels nécessaires à leur bon fonctionnement. Grâce à l’appui de la Fondation mondiale Azimuth, l’APEDH prévoit de doter ces AVECs en kits matériels et fournitures pour leur bon fonctionnement, visant l’autonomisation financière et la réinsertion socio-économique des femmes et filles, anciennes et nouvelles victimes de VBG et d’EAS.

Affaire à suivre !

Dans le cadre du projet visant à engager la communauté locale Kumu dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive et la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), l'APEDH a organisé, ce jeudi 23 mai 2024, un atelier de sensibilisation pour les femmes et jeunes filles autochtones Kumu en territoire de Nyiragongo, province du Nord-Kivu.

L'atelier, tenu dans le groupement de Buvira et dirigé par la cheffe de projet, a abordé les causes et conséquences des maladies et infections sexuellement transmissibles (MST et IST), ainsi que les mesures de prévention et de lutte contre ces maladies. Cette activité a permis de traiter de manière interactive et participative les questions relatives aux différentes maladies et infections sexuellement transmissibles, tout en soulignant l'importance des mesures barrières pour les combattre.

En outre, l'APEDH prévoit une prise en charge psychologique des victimes et leur réinsertion économique. Pour la prise en charge médicale et l'accompagnement juridique et judiciaire, l'organisation procédera par le référencement des survivants vers des structures appropriées.

Trente femmes et jeunes filles ont participé activement à cet atelier enrichissant et bénéfique à plusieurs égards. Elles ont exprimé leur satisfaction à l'issue de l'activité et se sont engagées à promouvoir la santé sexuelle et reproductive, afin de lutter contre les MST et IST au sein de la communauté Kumu et en territoire de Nyiragongo.

L'atelier a été entièrement interactif, permettant aux participantes de partager leurs expériences et réalités vécues. Ces échanges ont été accueillis avec bienveillance par l'APEDH et les autres participantes, car s'ouvrir est souvent une étape essentielle vers une paix intérieure et une bonne santé mentale.

Pour accompagner ces femmes dans leur réinsertion économique, l'APEDH leur fournira des outils et matériels tels que des caissettes, carnets, cadenas, tampons, stylos et cahiers ministres. Elles seront également organisées en plusieurs Associations Villageoises d’Épargne et de Crédit (AVEC), afin de favoriser leur autonomisation financière, considérée comme une voie essentielle vers l'égalité des sexes, l'éradication de la pauvreté et une croissance économique inclusive.

Accroître le nombre de femmes et jeunes filles autonomes est l'une des missions principales de l'APEDH. Cette autonomisation financière est également une excellente stratégie pour lutter contre les MST et IST, tout en promouvant une bonne santé sexuelle et reproductive en territoire de Nyiragongo.

Newsletter

Inscrivez vous des maintenant à notre NEWS LETTER et recevez une notification chaque fois que nous publions un nouvel article

QUI SOMMES-NOUS?
APEDH est une OSC qui a pour objectif principal d’améliorer les conditions de vie de la femme et de l’enfant. En plus, elle contribue à la promotion des droits humains

LA RÉALITÉ DES CHOSES:
Comme vous le savez déjà, APEDH est une ONG. Elle a donc besoin de votre soutien pour continuer à vivre et atteindre ses objectifs. Vous êtes donc invités à lui faire des dons tant matériels que financiers.

NOS ADRESSES:
N °058 ; Av de la Paix, Quart/ Himbi.I, Com/ GOMA ; Ville de Goma Province du Nord-Kivu en Rdcongo
Courriel: info@apedh-assoc.org
Téléphone: +243971926713

Nos Cordonnées Bancaire

DÉVELOPPEURS:
Ce site a été réalisé par CLIN Une entreprise basée sur la conception de tout type de projet informatique ( sites web, applications web, mobile & desktop).

© apedh 2022 tous droits résérvés